Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Passion Reptiles

Le Python regius

Nous allons voir dans cette page quelques éléments de l'anatomie du python regius.

1.   La mâchoire

Leur bouche peut s'ouvrir jusqu'a 160° pour deux raisons :

- Le Python regius possède deux demi mâchoires, appelées mandibules, qui ont la particularité de ne pas être jointes, comme chez les mammifères, mais rapprochées au repos, par la présence d'un ligament élastique. Ce ligament permet aux mandibules de s'éloigner au moment du passage de la proie.

- Chacune des mandibules est reliée au crâne par deux articulations, voir illustration ci-dessous.
Ces deux mécanismes permettent à l'ophidien d'élargir sa cavité orale dans le sens de la largeur et de la hauteur.

- Les dents sont simples, elles ne présentent pas de sillons et de canaux internes, car il ne s'agit pas d'un ophidien venimeux. On dit qu'elles sont " aglyphes". Elles sont de forme conique, légèrement recourbée et sont disposées en trois rangées : deux supérieures (dents maxillaires et pré-maxillaires et dents palatines) et une inférieure (dents mandibulaires). Les dents qui sont perdues pendant les activités de prédation sont rapidement remplacées.



2.   La tête



Comme nous pouvons l'observer sur le croquis ci-dessus, les narines des pythons sont disposées sur le sommet de la tête et tournées vers le haut ; lorsque le reptile est irrité, il peut produire un sifflement puissant avec émission d'air vers l'arrière. Cette attitude est plus fréquente chez d'autres pythons, par exemple le Python molure et le Python reticule que chez le Python royal qui a un caractère plus pacifique et timide.
Devant la fosse nasale, organe olfactif principal, se trouve l'organe Jacobson. La langue bifide lui transmet les molécules environnantes par l'intermédiaire de deux orifices situés au plafond de la cavité bucale. L'interprétation de ces molécules par le système nerveux constitue le sens voméronasal.

C'est la raison pour laquelle le serpent a tendance à sortir et rentrer rapidement et en permanence sa langue, surtout lorsqu'il est manipulé ou qu'il se trouve en présence de nourriture et durant l'accouplement.


3.  Anatomie d'un boïde



Comme tous les reptiles, les pythons sont dépourvus de diaphragme séparant le thorax et l'abdomen. Leur corps ne recelle qu'une seule cavité contenant les organes qui sont beaucoup plus longs que ceux des lézards et des tortues, compte tenu des caractéristiques morphologiques de ces animaux.


4.  L'appareil respiratoire



Par rapport aux colubridés, plus évolués, les pythons, sont des serpents primitifs.
Chez presque toutes les espèces de serpents, le poumon gauche est absent ou atrophié; Seuls les Boïdés sont dotés de deux poumons bien développés, mais de tailles souvent différentes, le droit étant beaucoup plus long et volumineux que le gauche. Ce poumon (le droit) occupe environ 12% de la distance séparant le rostre du cloaque. Lorsque le poumon gauche est absent, il existe souvent un poumon trachéal associé au poumon droit. Ce poumon trachéal est une extention en sac, il est très vascularisé et participe à la respiration lorsque le poumon droit est collabé par l'ingestion d'une proie volumineuse. La portion la plus postèrieure du poumon n'est qu'un simple sac aérien, destiné à rendre le corps plus volumineux pour intimider un prédateur, ou pour mieux flotter dans l'eau.
Comme la plupart des mécanismes physiologiques des reptiles, la fréquence respiratoire est thermodépendante.



Bouton-Retour.jpg

Partager cette page

Repost 0